never established

CCCF / Kevin Salem

DONS / DONATIONS

KEVIN SALEM

Avec ce bouton Paypal, vous pouvez faire un don ciblé à Kevin Salem, ainsi qu’aux associations auprès desquelles nous ferons nous-mêmes un don (pour rappel Artists Relief Project, The Blues Foundation, Help Musicians UK, Médecins du Monde et Navajo Hopi Solidarity)… ///// With this PayPal button, you can donate directly to Kevin Salem, as well as the aid organizations to which we ourselves will donate (as a reminder Artists Relief Project, The Blues Foundation, Help Musicians UK, Médecins du Monde and Navajo Hopi Solidarity)… THANK YOU ON THEIR BEHALF… ///// 1 = 5€ ; 2 = 10€ ; 3 = 15€ ; 4 = 20€…

€5,00


LIVE CONCERT

Concert :

Kevin Salem.jpg

BIO FR

Histoire vraie
J’ai grandi en jouant de la guitare à Johnstown, en Pennsylvanie.  Après l’école, j’ai déménagé à Boston et j’ai auditionné et/ou rejoint 826 groupes avant de rejoindre Dumptruck fin 1986. C’est probablement là que la « carrière » que vous connaissez a commencé. J’ai été dans le groupe pendant trois ans avant qu’une combinaison d’ennui avec un procès à la con et un besoin général de changement de vie ne me pousse à partir pour New York. Dès mon arrivée, j’ai rejoint Yo La tengo pour une année de tournée et d’enregistrement aléatoire derrière leur album Fakebook. J’ai également commencé à jouer avec Chris Harford, Freedy Johnston et une tonne d’autres auteurs-compositeurs à New York et j’ai commencé à produire avec Madder Rose et Lisa Loeb. En même temps, je faisais une tonne de travail de session, de groupes allemands dont je ne me souviens pas du nom jusqu’aux Pooh Sticks et Miracle Legion. Ces bons moments ont été interrompus par une grave crise de la maladie de Lyme, qui m’a laissé pratiquement invalide pendant la majeure partie de l’année et, finalement, sans abri et sans le sou. J’avais caressé l’idée d’écrire et de chanter mes propres chansons et j’avais enregistré quelques trucs ici et là. J’avais en quelque sorte terminé un album, mais après être sorti de l’hôpital à la fin de l’année 1993, j’ai décidé de prendre plus au sérieux l’idée d’obtenir un contrat de disque. Une semaine en 94, mon groupe et moi avons fait Soma City, un petit disque de scrapbooking qui nous a apporté un peu de succès. J’ai adoré ce groupe… Dave Dunton, Scott Yoder, Keith Leverault et Todd Novak. Il serait injuste de ne pas inclure Niko Bolas dans ce groupe, car c’était un brillant producteur. J’ai fait quelques autres disques, Glimmer et Ecstatic, avant que le coût de la tournée, le manque de confiance dans ma voix et l’arrivée de ma fille ne conspirent pour inspirer un changement de cap. Plus de production, un peu de musique de film, de la composition, l’écriture de chansons pour d’autres chanteurs… vraiment tout ce qui impliquait d’être en studio. C’est mon mode de fonctionnement depuis que j’ai déménagé à Woodstock en 1999. Quelques partenaires spéciaux et réguliers se présentent fréquemment dans mon studio, sur scène ou dans ma discographie : Rachael Yamagata, Lenka et quelques autres. J’apprends quelque chose de tous ceux avec qui je travaille, je suis toujours prêt à faire de la musique. Cela semble désinvolte et hippie, ce qui ne me décrit pas, mais c’est vraiment aussi simple et peu impressionnant. Si vous voulez ou avez besoin d’en savoir plus, il suffit de demander. Je suis ouvert à cela, mais écrire sur soi-même, c’est… vous savez.

BIO ENG

True Story

I grew up playing guitar in Johnstown, Pennsylvania.  After school, I moved to Boston and auditioned for and/or joined 826 bands before I joined Dumptruck in late 1986. That’s probably where the ‘career’ you know me for started. I was in the band for three years before some combination of boredom with a bullshit lawsuit and general need for change of life led me to leave for new york. As soon as I got there, I hooked up with Yo La tengo for a year of touring and random recording behind their Fakebook album. I was also starting to play with Chris Harford, Freedy Johnston and a ton of other songwriters in NY and began producing with Madder Rose and Lisa Loeb. At the same time, I was doing a ton of session work, everything from German bands whose name i don’t remember to the Pooh Sticks and Miracle Legion. Those good times were interrupted by a serious bout with Lyme disease, which left me virtually incapacitated for the better part of a year and, ultimately, homeless and broke. I had been messing around with the idea of writing and singing my own songs and had recorded a few things here and there. I had an album sort of finished, but, after getting out of the hospital in late ’93, i decided to get more serious about getting a record deal. One week in ’94, my band and I made Soma City, a scrappy little record that brought us a little success. Loved that band… Dave Dunton, Scott Yoder, Keith Leverault and Todd Novak. It would be unfair not to include Niko Bolas in that gang, because he was a brilliant producer. I made a couple more records, Glimmer and Ecstatic before the cost of touring, lack of confidence in my voice and the arrival of my daughter conspired to inspire a change of course. More production, some film scoring, composing, writing songs for other singers… really anything that involved being in the studio. That has been my mode of operation since i moved to Woodstock in 1999. A few special and steady partners in crime show up frequently in my studio, on stage or in my discography— Rachael Yamagata, Lenka, and a couple others. I learn something from everyone I work with, I’m always game to make some music. That sounds casual and hippie-ish, neither of which describe me, but it’s really just that simple and unimpressive. If you want or need to know more, just ask. I’m open to it, but writing about oneself is… you know.

LINKS

https://www.kevinsalem.com

Facebook

Tumblr

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :